Searching...
13 juin 2017

La communauté des frères maristes disparaît à l'Institution Sainte Marie

Portrait de Marcellin Champagnat, par Cesar Santalo


Le premier juillet 2017, la communauté des frères maristes de l’Institution Sainte Marie sera dissoute. Ses quatre derniers membres quittent une maison que les frères maristes occupaient depuis les origines de l’institution Sainte Marie, qui datent du milieu du XIXe siècle.


  • Frère Louis Richard est entré dans l’EHPAD de la porte de Gand à Lille,
  • Frère José Luis Melgosa a reçu une nouvelle mission en Catalogne,
  • Frère Pierre Hessel intègre la communauté Champagnat de Beaucamp-Ligny,
  • Frère Achille Sommers rejoint une maison de frères ainés à Saint Paul-Trois-Châteaux dans la Drôme.
Pour marquer cette étape, une messe sera célébrée par Monseigneur Podvin, délégué de l’archevêque
auprès des religieux, le samedi 1er juillet 2017, dans l’enceinte de l’institution à 18h00.

La célébration sera suivie d’un « verre de l’amitié » où chacun pourra manifester sa reconnaissance pour tout ce que la communauté mariste a pu apporter à l’éducation des jeunes et leurs cheminement dans la foi.

S'ils ne sont plus intégrés à l'Institution, les frères maristes restent bien présents dans notre village, notamment au sein de la Communauté Champagnat, rue de l'église.

Une page d'histoire se tourne

Les Frères Maristes, communauté fondée par Marcellin Champagnat en 1817, arrivèrent à Beaucamps-Ligny le 18 octobre 1842, pour répondre à l'appel de la Châtelaine Marie Caroline de Beauffort, Comtesse de La Grandville. Ils éduquèrent gracieusement les enfants de Beaucamps et de Ligny.

Beaucamps-Ligny devint ensuite un centre Mariste régional. Les frères dirigèrent des écoles à Loos, Haubourdin, Santes, Wavrin, Seclin Annoeullin, Lille, Roncq, Halluin… En 1900, 65 écoles dans plusieurs départements au nord de Paris et 15 en Belgique étaient dirigées et animées par plus de 600 Frères.

Ce centre étendit ensuite ses ramifications dans les Iles Britanniques, en Belgique, au Danemark, au Brésil, en Allemagne, en Australie, en Nouvelle Zélande et en Afrique du Sud, grâce à des Frères formés à Beaucamps-Ligny. L’Institution constitue ainsi l’une des œuvres fondatrices de la Congrégation, symbole de l’expansion missionnaire hors de France.

Chassés en 1903 par l'Etat, en dépit d'une forte opposition de la population, les frères maristes entreprirent la reconstruction de l'Institution dans les années 20, après les destructions de la première guerre mondiale.

Le développement des pensionnats dans les années 40 et 50 allait ensuite déboucher sur l'Institution actuelle, véritable fleuron de l'enseignement libre des Hauts de France.

Ce texte s'appuie sur les contributions de Denis Demarthe, Achille Sommers et François Poddevin. Merci à eux !

1 commentaires:

  1. merci pour ces éléments d'information que je découvre !

    RépondreSupprimer

 
Back to top!